Les bienfaits à long terme de l’exercice

Qui dit exercice dit meilleure santé, forme physique et force mentale. Voici cinq avantages de bouger.

L’activité physique ne fait pas qu’aider par rapport à la perte de poids. Elle a un rôle bien plus important à jouer. En effet, bouger a une incidence directe sur votre état de santé, à commencer par les cellules. En réponse au mouvement, les centrales énergétiques des cellules, c’est-à-dire les mitochondries, augmentent en nombre, ce qui déclenche une activité hormonale ayant un effet positif autant sur le corps que sur l’esprit, explique Michele Olson, Ph. D., professeure auxiliaire en sciences de l’exercice au Huntingdon College, à Montgomery, en Alabama.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu de quelques-uns des changements auxquels vous pouvez vous attendre dans l’immédiat et dans les décennies à venir en prenant l’habitude de faire de l’exercice.

Vous serez plus heureux

​Tous ceux qui ont déjà fait de longues marches le savent. L’exercice est bon pour le moral. Qui plus est, le sentiment positif qui découle de l’activité physique n’est pas qu’une vague impression : « Plus de cellules au cerveau sont mises à contribution lorsque vous faites de l’exercice que lorsque vous accomplissez tout autre type d’activité », explique John J. Ratey, MD, professeur clinicien agrégé en psychiatrie à la Harvard Medical School.

L’activité cérébrale (incluant celle qui stimule la production d’hormones générant un sentiment de bien-être, comme la dopamine, la sérotonine et la norépinéphrine) peut se traduire par une meilleure humeur à court terme. Mais qu’en est-il à long terme? « Vous serez plus solide mentalement et votre cerveau sera en meilleure santé et plus efficace », dit le Dr Ratey. Puisque l’exercice aide à produire du GABA, une substance chimique aux propriétés calmantes, dans une zone du cerveau appelée l’hippocampe, vous pourrez aussi mieux lutter contre le stress et des problèmes graves comme la dépression. « L’hippocampe est très sensible au stress, mais les cellules du GABA peuvent atténuer les effets du stress », précise le Dr Ratey.

Que ce soit en améliorant votre humeur, en vous donnant une meilleure image de vous-même ou en vous procurant un sentiment d’accomplissement (par exemple, lorsque vous terminez votre première course de 5 kilomètres), l’exercice peut également vous amener à avoir une meilleure estime de soi et plus de confiance en vous, ajoute Michael Ryan Ph. D., professeur agrégé en sciences de l’exercice à la Fairmont State University, en Virginie-Occidentale.

Vous serez plus reposé

Le sentiment de fatigue physique après un entraînement peut contribuer à un meilleur sommeil. « Notre corps fonctionne selon des cycles rythmés par des hauts et des bas, et l’exercice est complètement à l’opposé du sommeil », explique le Dr Ryan. « Tout ce qui monte doit forcément redescendre. » Autrement dit, l’exercice nous fait brûler de l’énergie, cause la décomposition des tissus et augmente la température du corps alors que le sommeil aide à conserver l’énergie, réparer les tissus endommagés et régulariser la température du corps favorisant un sommeil reposant. De plus, gardez à l’esprit que l’effet euphorisant de l’entraînement pourrait prendre un certain temps avant de se dissiper. Donc, après avoir fait de l’exercice, attendez quelques heures avant de vous mettre au lit.

L’exercice deviendra de plus en plus facile avec le temps

« La mémoire musculaire est un terme couramment utilisé pour parler d’apprentissages moteurs, » déclare la Dre Olson. « Une fois que vous avez appris à exécuter un mouvement, moins d’efforts conscients sont requis de votre part pour l’effectuer par la suite, ce qui vous permet de prêter plus attention à votre respiration et de vous pousser davantage. » Par exemple, lorsque vous maîtrisez la technique des pompes, votre cerveau l’enregistre et travaille pour que vous puissiez augmenter le nombre de répétitions (sans compromettre la forme) et devenir plus fort.

Vous serez moins susceptible de tomber malade (ou d’être stressé)

L’exercice aide votre corps à éliminer les principales sources d’inflammation (notamment les quantités excessives de sucre dans le sang) ainsi que le tissu adipeux viscéral (soit le gras qui entoure vos organes et qui est lié au diabète de type 2), réduisant les risques de maladies cardiaques, explique la Dre Olson. « Les tissus adipeux viscéraux sont néfastes. Entre autres, ils causent de l’inflammation, laquelle sert d’accélérant et est à l’origine de maladies courantes telles que les insuffisances coronaires et l’hypertension ».

Puisque faire de l’exercice diminue la tension artérielle et le rythme cardiaque au repos, cela aide aussi votre corps à « économiser » son énergie afin qu’il puisse l’utiliser ailleurs, entre autres pour renforcer le système immunitaire, poursuit la Dre Olson. C’est pourquoi ceux qui font de l’exercice ont tendance à attraper moins de rhumes et germes que ceux qui bougent moins, note-t-elle.

Par ailleurs, puisque l’exercice force les cellules à s’adapter au stress, des exercices répétés peuvent aider les cellules à composer avec n’importe quel type de stress, qu’il soit physique ou émotionnel, qu’il provienne de l’environnement ou qu’il soit associé à une maladie, affirme le Dr Ryan. Un fait intéressant à signaler, par contre, est que l’exercice « extrême », par exemple une participation à plusieurs marathons de suite, peut avoir l’effet contraire. La Dre Olson souligne que « le corps a besoin de cycles de repos entre les séances d’entraînement ».

Vous aurez envie de continuer de vous entraîner

« Il est difficile de se défaire de ses habitudes, même lorsque celles-ci sont bénéfiques », indique le Dr Ryan. Dans le cas de l’exercice, on peut dire que c’est une bonne chose. Une étude publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine a révélé que plus le nombre d’années pendant lesquelles une personne fait de l’exercice est grand, plus la personne sera en forme en vieillissant. À ce propos, le Dr Ratey ajoute que les personnes qui commencent tôt à faire de l’exercice cumulent plus de cellules qui les aideront à se prémunir contre certains problèmes comme le stress et la dépression.

« Une fois que vous connaissez le plaisir de bouger, vous recherchez cette sensation et vous constatez à quel point elle devient un besoin viscéral », dit-il. « Vous acquérez de nouvelles habiletés, et cela vous rend moins réfractaire à l’idée d’essayer de nouvelles activités physiques. »